Une Crise Bidon pour faire peur aux benêts :

L’explosion de la Bulle financière à l’origine de la prétendue crise mondiale aurait pu arriver bien avant ou bien après. Elle ne pouvait se déclencher sans l’accord des hautes sphères de la finance mondiale également en symbiose totale avec le gouvernement américain quel qu’il soit.

Pour ceux qui, instinctivement pensent « paranoïa », rappelons cette phrase de Benjamin Disraeli (1804-1881) dans Coningsby :  « Le monde est gouverné par de tout autres personnes que ne se l’imaginent ceux dont l’œil ne plonge pas dans les coulisses. »

Et qu’ils relisent l’enquête de Marc Roche , dans Le Monde du 31 octobre 2008, sur la banque la plus puissante du monde (Goldman Sachs), et son réseau tissé de longue date, au sein des cercles du pouvoir. Que le président soit républicain ou démocrate, il y a toujours d’anciens dirigeants de la banque au gouvernement ou dans les coulisses.

Bien que De Gaulle s’opposa, sans être compris, à la toute puissance du dollar, sous Nixon, l’Europe des six accepta la non convertibilité du dollar en or, et c’en était fini de l’indépendance économique des nations.

Pour ceux qui en doutent, qu’ils relisent, à ce sujet, l’analyse pertinente du professeur Edouard Husson sur le site Marianne2 du 30 avril 2008.

Toute l’économie des Etats-Unis est fondée sur les pétrodollars. Le pétrole devenant de plus en plus rare et cher (il a approché les 150 dollars le baril),  la seule solution pour les américains était de voir le dollar baisser.

D’ailleurs, la planche à billets a tellement tourné que la valeur du dollar est devenue totalement virtuelle, et il ne peut conserve son rôle que tant que les Etats-Unis l’imposeront. Mais jusqu’à quand ? Les pays producteurs s’inquiétaient à juste titre de voir leur ressource s’amenuiser tout en étant obligés de vendre de plus en plus de pétrole pour un même revenu.

Comme l’Irak de Saddam Hussein, ils étaient donc tentés de  vendre  leur pétrole contre des yens, des yuans ou des euros.

Cela aurait été catastrophique pour les Etats-Unis qui depuis les années Nixon font payer au reste du monde leur déficit, le coût de leurs guerres et celui de la corruption de Chefs d’Etats et de responsables d’institutions internationales.

N’oublions pas que c’est la CIA qui a facilité le développement de la culture de la coca en Amérique du Sud, pour financer les révolutions dans les pays « ennemis ». Et c’est ainsi que le Président chilien Salvador Allende se suicida le 11 septembre 1973, laissant la place à la dictature militaire du général Pinochet !

Les pays détenant énormément de dollars comme le Japon, mais surtout les pays du Golfe et la Chine, pouvaient difficilement du jour au lendemain refuser le dollar.

Mais qu’ils parlent de s’en débarrassent peu à peu et de signer de plus en plus de contrats en euros, cela a fait prendre conscience aux Américains qu’ils devaient frapper un grand coup pour montrer qui était encore le maître.

dollar_2