Le_la_Ben_Ali

Il ne s’agit pas de défendre le gouvernement et sa cécité devant la dictature de l’ancien régime tunisien. Et en l’occurrence, la Gauche n’a rien à envier à la Droite.

Cela étant dit, il faut arrêter de se prendre pour des purs alors que la quasi totalité de la population, ses édiles compris, profitent largement du grand nombre de dictatures qui sévissent dans le monde, et ce n’est pas d’aujourd’hui.

Seuls peuvent se permettre de jeter la pierre sur l’un ou l’autre :

-         d’abord, et ça ne nous rajeunit pas, ceux qui se sont élevés avec force dès 1959 (on les comptait sur les doigts d’une main) contre l’invasion du Tibet par la Chine de Mao. L’on sait pourquoi l’intelligentsia de l’époque et les politiques se sont tus devant les massacres des moines et des nonnes et l’épuration ethnique sous le coup d’une colonisation envahissante.

-         Ceux qui ont appelé au boycott des produits chinois et des entreprises délocalisées en Chine parce que le pouvoir Chinois faisait fi des droits de l’homme. C’est-à-dire personne !

-         Ceux qui ont appelé au boycott du pétrole qui nous vient d’Arabie saoudite où l’on sait comment sont traités les femmes, les homosexuels, les opposants politiques et même les délinquants. Qui s’est ainsi privé de son cher carburant ?

Personne !

Qui s’est privé également du pétrole algérien, angolais, nigérian, gabonais, soudanais, des diamants et de l’or congolais ? Les dictatures les plus sanguinaires ne sévissent en Afrique que grâce aux multinationales qui y font la misère et jamais le beau temps, pour leur propre profit et notre confort dérisoire d’enfants gavés, gâtés et pleurnicheurs. 

Faut-il continuer avec les tomates et les oranges du Maroc que nous ne sommes même pas capables de cultiver nous-mêmes, alors que des hectares de serres sont à l’abandon dans le sud est de la France ? Maroc bien peu démocratique où se pavanent pourtant, sans état d’âme, Gauche caviar et Droite camping-car.

Qui n’a pas passé des vacances en Tunisie à Hammamet, Sidi Bou Saïd, Djerba et ailleurs, pour pas cher et en « toute sécurité » sans se poser de question ?

Et qui n’a pas acheté des jeans délavés en provenance de Tunisie où des ouvriers mal payés ont attrapé des maladies graves en manipulant des produits toxiques, pour le grand profit des délocalisateurs français ou italiens (Benetton entre autres) ?

Certes il s’agit de soutenir cette « Révolution du Jasmin », mais quand on a le cul si sale, la moindre décence est de fermer sa gueule ! 

Et aussi de rester sur la réserve, parce que personne ne sait dans quelle direction cette révolution va s’engager.

Surtout quand on sait qui l’a initiée : les Etats-Unis.

Pourquoi, après avoir soutenu Ben Ali contre Bourguiba, les Américains l’ont-ils déboulonné 23 ans plus tard ?

Cela rappelle leurs relations avec Saddam Hussein et ça ne présage rien de bon.

Des gisements de pétrole, de gaz ou de « terres rares » auraient-ils été découverts dans le sud tunisien ? Et Leïla Trabelsi aurait-elle été trop exigeante ? Allez savoir !

Mais partout où les Américains ont voulu mettre leur grain de sel, depuis la guerre du Viêt-Nam, ils ont généré la misère et d’autres dictatures. N’oublions pas que ce sont eux qui ont créé Ben Laden, histoire à l’époque,  de jeter une banane sous les pieds des soviétiques en Afghanistan. On en subit encore les conséquences aujourd’hui.

Espérons que les Tunisiens, qui ont à l’évidence hérité de la subtilité des anciens carthaginois sauront déjouer les pièges de tous les prédateurs à l’affût.

Philippe Annaba, auteur de « Journal incorrecte ».