Israelwicz

Toujours dans Marianne du 19 février, un article de Philippe Cohen, sur le dernier livre d’Erik Izraelewicz, L’arrogance chinoise.

Il y a quelques années, le nouveau directeur du Monde incitait les entreprises françaises à aller investir et délocaliser en Chine.

Ce journaliste sorti du CFJ, Diplômé de HEC, Docteur en économie internationale a mis bien du temps pour comprendre ses erreurs et sa grande naïveté. C’est ainsi que notre intelligentsia nourrie d’idéologie contre-nature a mené le pays à la ruine.

« L’hospitalité chinoise n’a eu qu’un temps, pour permettre à ses entreprises de copier les produits et d’intégrer les innovations. Une fois digérés tous ces savoir-faire, la Chine referme la porte, tandis que ses propres multinationales partent à l’assaut des marchés mondiaux, dopés par les 2500 milliards de dollars des réserves chinoises […]

Pour dompter l’éléphant [chinois], le protectionnisme, reconnait pour la première fois Izraelxicz, est une arme qu’il faudrait peut-être songer à utiliser ».

C’est un véritable renversement des valeurs, qui arrive un peu tard, dans un pays où quasiment toute l’industrie et tout l’artisanat sont à reconstruire.

Comme en politique, toute cette « élite intellectuelle » a beau se tromper et nous tromper, elle n’est jamais chassée. Les Français devraient s’inspirer des pays arabes. La dictature a plusieurs visages : de l’autre côté de la méditerranée, celui de la force policière,  et chez nous, celui de la force de la propagande et de l’endoctrinement médiatique.

Philippe Annaba, auteur de "Journal incorrect"