livre_noir

Seuls les benêts, les naïfs et les cyniques croient et font croire que la politique pourra un jour améliorer les choses. L’Histoire nous montre que l’humanité étant composée en très grande majorité d’imbéciles et de prédateurs, il n’y a aucune illusion à se faire. La preuve, dès que les imbéciles se sont enfin rendus compte, avec plus de trente ans de retard sur le rapport du Club de Rome (1972), que la croissance sans fin était un dangereux leurre, et qu’ils ont commencé à subir les dégâts causés à leur environnement, ils ont aussitôt gobé les boniments sur le « développement durable », sur la « croissance verte » et la publicité badigeonnée de vert des grands groupes de distribution alimentaire. Ces gens-là, les cyniques, les prédateurs, les responsables des multinationales, manipulateurs et corrupteurs des politiques, ne s’intéressent qu’au rendement du capital et n’écoutent personne. En fait, seul le consommateur, par ses campagnes de boycott arrive à lui faire entendre raison. Il n’y a aucune solution politique, il n’y a que le boycott et la lutte des consommateurs pour se faire entendre.

Tout ce qui est politique est gangréné au départ, par la corruption et la propagande des lobbies industriels et médiatiques.

La culture intensive de l’huile de palme en est un exemple parmi des milliers : malgré des documentaires télévisés (certes sur des chaînes très peu regardées), des articles (certes dans des journaux peu lus), et des conventions internationales signées par toutes les parties concernées, sur l’arrêt des déforestations, voici un extrait édifiant du magazine « Plantes et santé » de mars 2011 :

« La déforestation pour la plantation de palmiers à huile s’accélère : dans notre article publié le mois dernier, nous rapportions le chiffre d’un million d’hectares pris sur la forêt en Malaisie entre 1990 et 2005. Or le gouvernement du Sarawak, le plus grand des États formant la Malaisie, a annoncé son intention de doubler la superficie des palmiers à huile d’ici à 2020. Une expansion qui se fera en utilisant les terres des tribus de Bornéo, qui vivent encore de cueillette et de chasse. Une mauvaise nouvelle alors qu’on célèbre en 2011 l’année internationale de la forêt ».

Les médias nous ont montré la lâcheté des gouvernants qui flattent les dictateurs, afin que les multinationales puissent faire leurs « affaires » sans entrave. Mais le consommateur benêt est également responsable. Ça ne le gêne pas d’acheter son Ipad et autres gadgets fabriqués en Chine, son pétrole venu de l’Arabie saoudite, ou tous ces produits alimentaires qui contiennent de l’huile de palme, qui en plus est  très mauvaise pour la santé.

La seule révolution c’est celle de la désobéissance à l’idéologie dominante, c’est celle du boycott. Mais encore faudrait-il que le consommateur sorte de ses conditionnements médiatiques, qu’il s’informe, cesse de perdre un temps précieux à regarder des séries et autres feuilletons débiles à la télévision, pour s’informer. Par exemple en lisant Le livre noir de l’agriculture, d’Isabelle Saporta dont j’ai déjà parlé dans le blog La télévision deviendrait-elle intelligente ? à propos de son documentaire sur France 3, Manger peut-il nuire à la santé ?

Philippe Annaba, auteur de « Journal incorrect ».