television_1t_l_vision_2

Samedi 21 mai France 2 diffuse « Les années bonheur » de Patrick Sébastien. Cette émission pourrait être visible, si elle n’était pas, comme les autres de plus en plus faux-cul.

Y en a marre de faire la promotion de supers nuls qui même dans des spectacles de patronages prendraient des tomates dans la gueule. Quand on pense aux milliers de véritables artistes qui rament en province pour attirer trois pelés et un tondu pendant que la masse des gogos se perfusent de conneries à la télé !

On dirait vraiment que pour distraire des millions de téléspectateur, les animateurs vont chercher les plus nuls de chez nul !

Sébastien nous présente un véritable génie : Pierre Aucaigne, à qui il offre plus de dix minutes de télé en Prime time. Et chacun de s’extasier devant ce nouveau pape de l’humour. En fait de génie, une diction nulle, un texte parsemé de cris et d’exclamations incompréhensibles, le triste spectacle d’une sorte de débile s’agitant sur scène. On se dit qu’en fait, ils se moquent de lui, ce qui serait un moindre mal, Mais la salle est pliée de rire, chacun se prend la tête dans les mains, au bord de l’apoplexie. C’est réellement sidérant. Ayant travaillé plus de vingt ans à la télévision, je sais que des panneaux s’allument où il est écrit « Riez » et « Applaudissez ».  Mais quand même, à l’époque où je travaillais encore, on ne prenait quand même pas les gens pour des cons à ce point là.

Monsieur Patrick Sébastien, ôtez-moi d’un doute : c’était du second degré ou pas ?   Si c’est le cas, je vous conseille de laisser tomber et de revenir au premier degré, parce que c’est vraiment navrant !

J’ai été bercé avec les Fernand Reynaud, Raymond Devos, Guy Bedos, Coluche, Pierre Desproges, Thierry Le Luron, Alex Métayer, Elie Kakou et autres Sylvie Joly. Rares sont les comiques d’aujourd’hui qui me font rire ; ils ne savent pas articuler, et se contentent de pousser des cris et de jurer. Pas un n’arrive à la cheville d’un Raymond Devos ou d’un Coluche.

On a les comiques qu’on mérite. Triste époque.

Philippe Annaba, auteur de "Journal incorrect"