Ça pleure, ça pleurniche parce que le pouvoir d’achat baisse, parce que des ouvriers se voient proposer des baisses de salaire de 25%, parce que ça licencie, parce que les banques, depuis belle lurette, n’aident plus les PME. Ce sont les lamentations sempiternelles d’Envoyé Spécial de ce 8 septembre. Pas un mot sur les responsables de ces calamités, sur la mondialisation, sur les délocalisations, sur cette Union européenne qui, sous les  dictats de l’OMC, a ouvert toutes les frontières, sans l’harmonisation nécessaire des salaires, des charges sociales et de la fiscalité, ce qui, inéluctablement allait entraîner la faillite des pays industrialisés. Pas un mot sur les élus de gauche comme de droite, valets soumis à la Finance internationale, artisans de ce catastrophique état des lieux.

Par-dessus le marché, c’est le cas de le dire, les seuls qui furent taillables et corvéables à merci, la classe moyenne, en a assez. Alors, comme par miracle, les riches, les super riches, comme Maurice Lévy, le PDG de Publicis (plus de trois millions d’euros de revenus par an), et quelques autres proches de Sarkozy, décident, comme par hasard, de vouloir payer plus d’impôts. Non seulement ils tentent ainsi de faire oublier que jusqu’à présent ils en ont moins payés, proportionnellement, que vous ou moi, mais, en plus, ils veulent nous faire croire qu’un grand élan de solidarité touche la France, à quelques mois de l’élection présidentielle. Je les croirai lorsqu’ils apporteront leur soutien, leur grandeur d’âme et leur si profond désintéressement à un Montebourg qui, lui, prêche la démondialisation ! Mais ça, vous ne le verrez jamais. Ces gens sont de faux-culs, des escrocs et des menteurs.

belhaj-CNTEnvoyé Spécial toujours dans le sens du poil, avec un deuxième reportage sur la Libye. Gros plans sur la joie d’un peuple enfin libéré ! Vive BHL et Sarkozy ! Les prophètes parlent pour dans mille ans, ceux-là sont bien inconscients des lendemains, qui après la guerre, ne chanteront guère.

Marc Bénamou nous rappelle subrepticement dans Var-matin du dimanche 10 septembre, que le meneur de la rébellion, « dans Tripoli libérée, c’est un ancien chef dijihadiste revenu d’Afghanistan, M. Belhadj, qui a établi sa loi ».

C’est donc pour cela, Monsieur le Président, que 76 Français y sont morts dans la lutte contre les Talibans?

Philippe Annaba, auteur de « Journal incorrect »

http://philippe.annaba.free.fr