Pôle emploi

Sur Canal+ (le 25 octobre), La nouvelle édition invitait des salariés de « Pôle emploi » pour parler de leurs mauvaises conditions de travail et de certains de ces  quatre millions de chômeurs qui deviennent agressifs.

Encore un de ces faux débats récurrents à la télévision.

Des heures de palabres, de jérémiades, où l’on tourne autour du pot, sans jamais expliquer la cause principale, toujours la même d’ailleurs, la totale libéralisation des échanges depuis plus de vingt ans, qui a amené la désindustrialisation de l’Europe et en particulier de la France. Pas un jour dans la presse écrite sans des fermetures d’entreprises délocalisée en Chine, en Inde, en Indonésie, demain au Bengladesh, chaque fois dans le pays le « moins-disant salarial ».

Mais il n’y a pas que les bas salaires et l’absence de syndicat qui attirent nos entreprises (certaines ne pouvant faire autrement, puisque la suppression des barrières douanières les oblige à faire comme leurs concurrents !), les normes européennes sanitaires et environnementales également.

Comment l’Union européenne peut-elle sans cesse obliger les entreprises  à se conformer à des normes drastiques (sans doute nécessaires), tout en laissant des produits étrangers envahir l’Europe sans leur demander de répondre aux mêmes normes chez eux ?

Un exemple caricatural, révélant l’ignorance ou la mauvaise foi de certains journalistes s’étale en page 11 d’Aujourd’hui en France du 28 septembre dernier : « On respire mieux que nos aînés… L’air que nous inhalons s’est nettement amélioré depuis 1960 ». Certes les normes imposées pour filtrer les fumées des usines y sont pour quelque chose. Mais combien d’entreprises (les laboratoires pharmaceutiques, la sidérurgie, la chimie, la teinturerie etc.) ont délocalisé en Chine ou en Inde plutôt que d’investir (certes de grosses sommes) dans des matériels antipollution. Notre air est plus pur mais nous devons verser des indemnisations à quatre millions de chômeurs et à deux millions de RSA. Et surtout des zones entières de ces pays émergents sont sinistrées, les ressources en eau raréfiées, les petits paysans expulsés de leurs terres ancestrales.

Quand donc les grands médias arrêteront-ils de désinformer et de faire croire que tout ce qui nous tombe dessus ne résulte que de la fatalité ?

Un espoir ? Oui, le peuple n’est pas aussi con que les prêtres du Nouvel ordre mondial le croient : « un sondage CSA révèle que 54% des personnes interrogées se déclarent favorables à une augmentation de droits de douane sur les produits importés » !

Il s’agit d’un minuscule entrefilet perdu dans Aujourd’hui en France du 14 octobre dernier. En première page et en gros titre, on ne lit pourtant bien souvent que des informations dérisoires.

ANNABA, auteur de « Traité de savoir survivre à l’usage des jeunes générations »