Achetez FrançaisDepuis plus de vingt ans, l’idéologie libérale-mondialiste, avec la caution des Mitterrand, Chirac, Jospin et Sarkozy a supprimé toutes les barrières douanières, favorisé les délocalisations au seul profit de la Finance mondiale mafieuse et au détriment des peuples. Et aujourd’hui des rigolos comme Bayrou se réveillent de leur torpeur et prêchent « achetez français », alors qu’à part l’agroalimentaire, et encore, vous pouvez chercher vainement un produit « made in France » dans votre supermarché.

Un autre cynique-menteur sentant l’élection présidentielle proche, et bien placé pour savoir que depuis belle lurette les usines françaises ont quasiment toutes fermé, lance une incongruité : « produisez français ». Il sait pourtant très bien également  que les produits fabriqués en France ne peuvent être concurrentiels face à ceux produits dans des pays où la main d’œuvre est de dix à vingt fois moins chère.

Des journalistes, mercenaires de la Finance mondiale mafieuse, se gaussent de ce « patriotisme économique » alors qu’il n’y a dans cette affaire rien de patriotique mais seulement une question de bon sens. On ne peut lever les bras au ciel devant l’incessante augmentation du chômage depuis vingt ans et laisser le pays se désindustrialiser ainsi. Depuis le début de la théorie économique (David Ricardo, Stuart Mill, Adam Smith), le libre échange est la liberté de négocier. Par exemple  David Ricardo (1772-1824), un des papes du libéralisme, expliquait que l’Angleterre avait intérêt à se spécialiser dans le tissage afin de vendre une partie de sa production à l’Espagne, qui ne disposait pas de si bons ateliers, et qu’en revanche l’Espagne pouvait vendre du vin à l’Angleterre, qui ne pourrait jamais en produire de si bon.

Les économistes et les élus de l’époque semblent être allés à meilleure école que les nôtres ; ils n’auraient jamais imaginé  délocaliser leurs ateliers de tissage en Espagne sous prétexte que la main d’œuvre y était moins chère. Ils n’étaient pas encore mondialistes, ils étaient Anglais. Pourtant l’Angleterre, déjà, parcourait en tous sens les mers du globe ! Un protectionnisme raisonné et négocié par des accords entre pays a toujours existé et avec un contrat le plus souvent gagnant-gagnant pour les parties.

Des règlements absurdes dictés par les lobbyistes de l’OMC interdisent la préférence française, alors il suffit de changer les règlements.

Si nos gouvernants nagent dans l’incohérence et l’irrationnel depuis trop de temps, les Français, malgré une propagande outrancière, selon un sondage d’Aujourd’hui en France du 14 décembre,  sont prêts à plus de 83% à privilégier des produits fabriqués en France. Mais pour les fêtes, offrir un cadeau fabriqué en France, c’est mission impossible.

Philippe Annaba, auteur de « Traité de savoir survivre… »