décharge électroniqueJe ne suis pas sûr que le 21 décembre 2012 verra la fin du monde.

Dommage. Parce que ce monde depuis bien trop longtemps se fout du monde !

Depuis quelques mois j’avais remisé dans un placard un enregistreur-lecteur de DVD de marque JVC. Il n’avait en fait jamais fonctionné comme il faut. Je l’avais donc déposé au service après vente de Conforama au moins cinq fois, pour rien, avant qu’expire la garantie. Mes courriers de réclamation furent lettres mortes. De toute façon ce système si novateur fut rapidement dépassé.

Désirant faire de la place dans mes placards, je téléphone donc à la déchèterie de cette ville de près de 200000 habitants, capitale d’une agglomération qui en compte 400000.

Je dus procéder à trois tentatives avant d’obtenir un interlocuteur : « appuyez sur étoile, appuyez sur 1 » etc. Enfin, on me dit que pour venir à la déchèterie, il faut une carte. Pour obtenir la carte, il faut envoyer un dossier avec photocopie de la carte d’identité, de la carte grise et d’une attestation de domicile. On reçoit la carte environ un mois plus tard. Ça concerne donc les professionnels. Mon interlocuteur me dit alors « pour les particuliers, adressez-vous à la Mairie ». À la Mairie, on me dit de m’adresser au service de ramassage des ordures. Au service de ramassage des ordures, on m’informe que je n’ai qu’à le mettre à la poubelle !

Effaré, je pense alors aux dizaines de milliers de magnétoscopes, de lecteurs de DVD, de CD, de téléviseurs, d’ordinateurs, de Smartphones et autres gadgets électroniques qui ne sont jamais recyclés. J’imagine tout cet or, argent, platine, plomb, palladium et autres « terres rares » enfouies dans les décharges.

Je suppose qu’il vaut donc mieux indemniser trois millions de chômeurs plutôt que d’organiser une filière de récupération.

Mais peut-être que les normes européennes ne permettent pas de rendre rentable une telle activité ?

C’est semble-t-il pourquoi, depuis deux décennies, certains, clandestinement, arrivent à envoyer quelques tonnes de matériel électronique usagé en Afrique, en Inde ou en Chine. Et il semble même que là-bas, ce sont des enfants qui mettent les mains dans ces métaux dangereux, sans aucune protection.

Mais les politiques et les médias ne cessent de parler de développement durable. Et les enseignants ne cessent d’inciter leurs élèves à être des citoyens respectueux de l’environnement. Depuis l’an 2000 la loi interdit d’enfouir ces déchets dans les décharges. Mais elles ont toutes vu leur prolongation autorisée par les préfectures, et on cherche encore, partout, de nouveaux sites.

Quelle comédie, quelle escroquerie, quelle lâcheté de la part de ceux qui sont censés représenter le peuple !

Et ils se précipitent pour se faire élire, encore et encore, toujours les mêmes, irresponsables, corrompus, qui ne courent en fait, qu’après le pouvoir, pour profiter, pour la plupart, du sexe et du fric faciles !

La nature se fiche bien de notre totale irresponsabilité.

Nous allons être submergés par nos ordures, jusqu’à en crever. Puis tremblements de terres, irruptions volcaniques et autres tsunamis remettront tout en place sur cette Terre dévastée par l’Homme.

Et il n’aura subi que ce qu’il mérite.

Annaba, auteur de « Traité de savoir survivre… »