Olympe 1

Olympe-de-Gouges

Certains souhaitent revenir aux valeurs d’antan.

Mais de quelles valeurs s’agit-il ?

Des valeurs des croisés ?

Faisant la guerre à ceux qui ne leur demandaient rien,

sous le prétexte de délivrer l’hypothétique tombeau

du soi-disant fils d’un indicible dieu ?

Des valeurs de l’Inquisition qui brûla sur les bûchers

deux millions de Cathares et de Vaudois,

et des dizaines de milliers de soi-disant sorcières,

en fait, des guérisseuses

dotées de la traditionnelle connaissance des simples

et en particulier des plantes abortives,

ce qui pour l’Eglise justifiait leur génocide ?

Des valeurs qui déclenchèrent les guerres de religion,

les guerres de succession, les guerres d’expansion ?

Non bien sûr.

Alors sans doute s’agit-il des valeurs des « Lumières »

qui ont imposé à tous les autres peuples de la planète

leur idéologie bourgeoise du profit.

À moins que ce ne soient celles de la République,

qui, avec le génocide vendéen et la Terreur, 

a couvert de sang cette grande page de notre Histoire !

Ou bien celles du Tribunal révolutionnaire, qui,

après la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen,

fit guillotiner Olympe de Gouges, enceinte,

parce qu’elle revendiquait

l’égalité des droits entre les hommes et les femmes.

Ou encore celles du colonialisme, où les missionnaires

ne furent que les éclaireurs de la soldatesque, etc. etc.

Les valeurs viennent et s’en vont

et la quasi totalité des rois et des empereurs du monde

se conduisirent en tyrans sanguinaires.

Les despotes éclairés et pacifiques furent l’exception.

Et ce n’est pas fini.

La folie du pouvoir de quelques impuissants est sans limite

et ils n’ont aucun mal à s’entourer de nombreux sbires

pour terroriser les peuples.

Annaba, auteur de "Testament pour asticots"

Les Presses du Midi.