30 novembre 2005

Dette de l'Etat: 2000 milliards d'euros!

                 Débat du 15 décembre : « Décroissance et emploi » Depuis deux siècles, insensiblement, les pays industriels se sont construits en s’enfermant dans leur propre logique du cul de sac. Le profit vient de la consommation, donc du revenu. Pour qu’il y ait du revenu il faut du travail donc de l’emploi. La production n’est donc qu’un moyen et non une fin en soi. D’ailleurs pour faire plus de profit on met la production là où elle revient le moins cher. Et... [Lire la suite]
Posté par philannaba à 12:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 novembre 2005

Dette de l'Etat: 2000 milliards d'euros!

                 Débat du 15 décembre : « Décroissance et emploi » Depuis deux siècles, insensiblement, les pays industriels se sont construits en s’enfermant dans leur propre logique du cul de sac. Le profit vient de la consommation, donc du revenu. Pour qu’il y ait du revenu il faut du travail donc de l’emploi. La production n’est donc qu’un moyen et non une fin en soi. D’ailleurs pour faire plus de profit on met la production là où elle revient le moins cher. Et... [Lire la suite]
Posté par philannaba à 12:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 novembre 2005

CHRONIQUE DE NOTRE MORT ANNONCEE

« Le piratage du vivant », sur ARTE, le 15 novembre 2005 : Un documentaire sur ce qui est en train de nous faire crever. Il semble même que nous soyons à moitié morts même si les médias font tout pour nous le cacher ! Le pillage et la néo-colonisation des pays pauvres par les multinationales, n’avait encore jamais atteint une telle ampleur. Une main basse sur la nature qui va avoir des conséquences dramatiques sur la biodiversité, donc sur notre survie. À toujours faire plus de profits, c’est l’homme lui-même qui va disparaître.... [Lire la suite]
Posté par philannaba à 12:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 novembre 2005

LE PRIX GONCOURT ON S'EN FOUT!

En 1973, comme aucun éditeur parisien ne voulait de mon recueil de poèmes, je le publiais  à compte d’auteur chez Pierre-Jean-Oswald, sous le titre : « Cris, sans titre, sans musique, sans rien » Ça commençait comme ça : Tous les écrivains… Sont des bourgeois. Ils sont fiers            de leur nom,            de leur image            de leurs ecrits… vains. Seul le Cri,  ... [Lire la suite]
Posté par philannaba à 13:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]